Soror

  Chansons  

Anna a dit: « Suicidez-vous utile! ».
Toute sa mâchoire dehors.
J’ai entendu vos bouches se fissurer.
Rires, rires en cascade.

Anna a dit: « Suicidez-vous utile! ».
Toute sa mâchoire dehors.
J’ai entendu vos bouches se fissurer.
Rires, rires en cascade.

Anna a dit: « Suicidez-vous utile! ».
Toute sa mâchoire dehors.
J’ai entendu vos bouches se fissurer.
Rires, rires en cascade.

Soror, plic, ploc, plic, ploc
sur le bitume d’octobre.

Le plomb dans sa tête immobile.
Mon lichen sombre délavé.
A chaque soleil couchant,
une cicatrice pleure.
Seuls, les enfants.
Seuls.
Seuls les enfants savent.

Soror, plic, ploc, plic, ploc
sur le bitume d’octobre.

Ris, Anna, ris.
Ris avec tes amis.
Un flot rouge n’en finit pas de couler.
Depuis combien d’années?

Dis-moi, Anna,
peux-tu imaginer le corps de ma petite soeur?
Les convulsions désordonnées?
Non, Anna, non, : tu ne peux pas.

Soror, plic, ploc, plic, ploc
sur le bitume d’octobre.

Soror.

Ses doux cheveux collés.
Ses jolies mains tremblantes.
Le petit trou à sa tempe droite.
Sa bouche froide recousue.

Soror, plic, ploc, plic, ploc
sur le bitume d’octobre.

Anna, arrêt de tes gloussements joyeux.
Mes mains autour de ton cou si minable…
On ne dit pas ces choses-là, Anna.
Pas devant moi.

Soror, plic, ploc, plic, ploc
sur le bitume d’octobre.

Vois-tu Anna,
je n’ai pas coagulé.
Pas digéré Soror.

Ma soror,
mon aurore boréale,
ma jumelle ancestrale,
mon miroir idéal.

Soror, plic, ploc, plic, ploc
sur le bitume d’octobre.

Soror qui a encore envie de rire
se sert de mes mains de tueur.
Un déclencheur tous les automnes.

Soror, plic, ploc, plic, ploc
sur le bitume d’octobre.

Un déclencheur tous les automnes.