Vitriol

  Corps dévorés  

Du vitriol dans mon ventre,
je préfère ne pas me souvenir.
Mon coeur meurtri demande au ciel immense
quels pas faire pour danser encore…

Alors j’implore le royaume des morts fidèles
de prendre mon corps dans leur chapelle.

Un peu de sang propre après l’échafaud.