Ni

Je suis l’expulsée de toi.
Orpheline de part en part, enfin, je puis exister.
Ni dieu, ni maître, ni esclave.
(suite…)

Mille

Mille herbes salées.
Odeur de cumin.
Nu comme la peau d’un ver.
L’homme tendre respire.
(suite…)

Mémoire

La mère avait plein pouvoir.
Ses filles se sont séparées.
L’exigence nettoierait leur mémoire.
(suite…)

Manège

Un manège d’enfants qui rient.
Leurs bouches explosent.
Plus rien à faire ici.
(suite…)

Lune 2

C’est suspendue à un fil que la lune soupire,attirée par le jour, son soleil.
Comme le fard sur ses paupières, saupoudrez là de vos lumières.
(suite…)

Loterie

Mon amour,
loterie polie par la loi de la nature.
On se fait croire qu’on s’est choisi.
(suite…)

Jeu

Le ballon, terre palpable,
la bouche pleine de vacances
le poste de pilotage encombré
le demain obligatoire
(suite…)

Janvier

La lumière troue des arbres le vert,
démission de l’hiver.
Le soleil s’habille de mes yeux habitués,
corrige les interstices,
(suite…)

Installé

L’ennui victorieux, plein de salive, avale des cigarettes, sourit, devant les bras baissés, devant la vaisselle qui s’empile, devant la télé.
Encore des insomnies comme lignes de fuite.
(suite…)

Flo 2

Elle est mon lichen sombre délavé.
Sa façade est ravalée.
Le plomb dans sa tête immobile.
J’aime toujours son coeur sans âge.
Seuls les enfant savent, seuls.
(suite…)

Flo

L’ oiseau m’a dit:  » Florence va bien. »
Il s’est posé sur ma main.
J’ai guéri.
(suite…)

Flamme

La flamme danse un bout de vie
et quand le vent faiblit
la cire refroidit
tout l’opéra est dans la cendre
le bal s’arrête et les espoirs vont au Grévin se rendre.
(suite…)

Fensch

Sous un toit sombre, le monstre domestique.
Le labyrinthe et ses échos métalliques
chante crépusculaire,
attire sous ses effluves ferrugineux
l’éclat de la vue qui brûle au sol.
(suite…)

Ext

Dans les extrémités de soi, le centre.
Le hasard: une lanterne ou un leurre nécessaire?
(suite…)

Essence

Dans le passé douillet d’un silence rapace,
l’amour s’ opiace à griser son devenir espace.
(suite…)

Esclave

Je voulais un esclave à ma botte,
un lacéré de la peau par mon fouet buccal et amoureux.
Comme je t’ai aimé, ficelé comme un chien,
la langue pendante à mes pieds impatients.
(suite…)