Manif contre la mort

A bas la mort ! A bas la mort!

Mort!

Tu te crois tout permis avec tes airs funestes, ton odeur de sapin, tes amphores solennelles?
Tu crois que ça m’amuse de savoir que j’aurai des vers dans le nez une fois dans la bière?
Tu crois que ça me fait rire de savoir que je ne sais pas ce qui m’attend?
Si quelque chose m’attend… à part devenir vachement nombreuse si, une fois incinérée, je tousse?
(suite…)

Voisine

La gueule ouverte, un sac poubelle attendait déjà les proies mortes
que les convives attablés dans l’appartement du dessous oseraient offrir à sa molle béance de plastique.

J’eusse préféré que ces gens meurent overdosés d’aspartame,
au lieu de gaver leurs panses bovines de mets plus raffinés que leurs idées aussi fournies que la pilosité crânienne de Monsieur Propre.
(suite…)

Pôle Emploi

Août 2010

Nous respirions,
zéphyrs amoureux dans la nature des droits acquis,
l’esprit dans l’ éden d’un humain philanthrope et créatif.
Nous sommes la poésie,
la musique des ailleurs impalpables et des possibles en marche,
le regard inaltérable et kaléidoscopique
sur les mondes parallèles qui nous observent…
(suite…)

??

Me dire à vous?
Mon amour n’ a jamais respiré.
(suite…)

Vous

Chant des oiseaux, promesse tenue.
Vent dans les roseaux.
Je vous ai vus.
(suite…)

Vitriol

Du vitriol dans mon ventre,
je préfère ne pas me souvenir.
Mon coeur meurtri demande au ciel immense
quels pas faire pour danser encore…
(suite…)

Vite!

Vite!
Faire l’amour avant de trépasser!
Refaire l’amour.
Défaire l’amour.
(suite…)

Urbaine

Le jour a baissé ses paupières,
le crépuscule espace tout.
Ça brille à demi de par la bouche d’une étoile.
(suite…)

Tu es

Tu es :

l’anomalie de ma règle
le coup de canif dans le vide
(suite…)

Trop

Les chemins de l’encre cherchent vos visages,
temps de mon corps.
Loin de vous:
mon corps trop ouvert.
(suite…)

Tous

Je veux manger le monde.
Mon rêve s’habille de vos corps dévorés :
vous serez tous des mots.
(suite…)

Toi

Toi que la mort n’a jamais frappée,
ne sois pas si dure avec moi.
Mon temps est différent du tient:
il est rempli de conséquences.
(suite…)

Surfeur

Je suis le surfeur d’argent sans son surf dans le tambour
sur le mode essorage depuis que je t’ai tué mon amour.
(suite…)

Sur terre

La lune, criminelle alanguie,
embrasse les peupliers telles des chaloupes amarrées là.
(suite…)

Rien

L’univers affamé en pleine crise de boulimie a pris fuite
quand il s’est aperçu de sa multiplicité.
(suite…)

Rêve

Finalement, préférer aux discours le bruit simple d’une aile,
la course des nuages.
(suite…)

Réparation

“Ce n’est pas parce-qu’on n’a rien demandé à ce qu’on a subi, qu’on a le droit de tout exiger”.
Pas de réparation.
Et on s’étonne qu’il y ait des gens devenus durs…
(suite…)

Réel!

Le vide et ses possibles.
Le moi et ce qu’il est.
L’acte comme volonté.
Et le fait comme réel!
(suite…)

Quel ?

Adepte -moi dans tes replis.
Toi l’empreinte digitale,
sur moi, posée.
(suite…)

Professeur

Il n’y a rien de morbide à dire que la mort fut mon plus grand professeur.
(suite…)