I swear

I swear. Devant tes larmes du ciel. I swear. Pour retrouver ton soleil. I swear. Au grenier des objets poussiéreux. I swear. A la cave, l'air est nuageux. C'est parce-que…

French Healer

Il n’a que faire des grimaces des clowns bien trop adaptés,
Lui, c’ est un mec qui cache pudeur dans l’revolver.
Il sait y faire avec les traces laissées par les poseurs de bombes endimanchés.
Sa guerre c’est l’esprit qui vole sous le stetson des nouveaux-nés.
(suite…)

Florence

J’aimerais crier mais rien ne sort,
j’étouffe sous l’oreiller et toi, tu dors?
Je croyais te connaître, me voici dévissée.
Je croyais te connaître,
ma soeur in-achevée.
(suite…)

Feu de cheminée

Jeter l’ancre encore,
dans un nouveau port
d’attache plus fort
un feu de cheminée
et là, allongées sur le sofa,
deux lianes enlacées
s’embrassent bouches nouées.
(suite…)

Femme Rouge

Je suis la femme rouge, le personnage sans décor.
La matière brute sans le sculpteur.
J’adore qu’on m’offre des fleurs.
Je suis la femme rouge à l’intérieur.
(suite…)

Fanya

Fanya, Fatima, Fanita,

Tu sors le bouclier quand il s’agit d’amour.
Tu as peur de faner si on te dit toujours.
Brûlante comme la braise, tes griffes sont acérées,
tu es belle et à l’aise dans la nuit alitée.
(suite…)

Fais moi rire

Deux pétales pour dessiner ta bouche
deux nuages pour colorier tes touches.
Hey l’ami, je t’imagine ainsi.

Quel doux songe, mon sourire s’effarouche…
Ton long corps se secoue et ça mousse.
(suite…)

Expert des extases

Tu fixes sur le sexe,
tu mises sur la latex.
Les filles pour toi,
c’est juste annexe.
Les filles sont devenues des réflexes.
(suite…)

Emmanuelle

Mon amie, mon amulette, mon allumette inconsolée,
tu te consumes dans la fume de mon esprit alambiqué.
Tu es le puits en plein désert, et le dessert de mes pensées.
Tu es le regard qui me sert et puise au creux de mes marées.
(suite…)

Docteur V

Mettez un pull à la maison: la chaudière ne fait plus crédit.
Mangez des pâtes en toute saison,
si t’as trop faim, mange ton vomis.
C’ est le crépuscule de l’espoir,
le caniveau des classes moyennes.
Tranxène, valium et thémestat,
volez, volez par les fenêtres.
(suite…)

Demain

Il y avait des écharpes qui volaient dans la brume de ton regard
des chevaux enflammés fuyants les villes sourdes
les torrents montagneux aux sabots de Méduse
des femmes les yeux fermés aux oreilles de lune,
aux mains de nénuphars
(suite…)

De la pluie

De la pluie le long des grands boulevards,
les visages ressemblent à du buvard.
Leurs pas résonnent sur les trottoirs.
De la pluie pour les enfants.
« A grands-pas-dedans » dessine un sourire franc.
(suite…)

Contamination musicale

Fragile aux yeux de mon miroir,
je monte à bord d’un mirage au ralenti
surveiller l’intérieur qui me sert de décors.

Les murs encore solides n’entourent plus rien.
J’attends demain…
(suite…)

Comme une plume

Non, nous n’irons plus aux bois, prendre le pouls de la terre.
Je sais, tu partiras, comme tu le faisais naguère.

Non, tu ne brûleras pas dans le feu de mon oubli.
Je sais qu’il peut faire froid dans les coulisses des non-dits.
(suite…)

Cindy

Tu m’es apparue dans un fond de bouteille,
perdue dans des rêves,
les rames à la main.
Le sol, les murs bougeaient.
Mais, non!
Le rouge, ça fait son effet!
(suite…)

Chair

Au fond, il n’y a rien d’autre que des viscères chaudes à l’intérieur.
Au fond il n’y a rien d’autre que des rivières pourpres dans ta chair.
(suite…)

C’est pas sain

Glisse, tisse, lisse, toile en toi madame.
Glisse, tisse, lisse, s’immisce entre tes interstices.

Songe singe habile que tes yeux sous tes cils
envoient lumières fortes à l’intérieur des miens.
Femmes vannes ouvertes aux formes larges offertes,
hommes forts de goût, sucrés, chauds, amers à souhait.
(suite…)

Anubis

J’ entends les chars d’Anubis se rapprocher.
Ses dents aiguisées savent déjà où aller.

Donne-moi de l’acide pour le tuer.
Moi, je donne asile à des rêves échappés d’un avion crashé.
(suite…)

Aimer par en-dessous

Je t’aime, maigre comme un fil tendu.
Bouffi comme des yeux rougis.
Je t’aime constant comme l’impossible,
droit comme la colonne du temple.
(suite…)

L’enterrement de personne

Frères,

nous sommes ici présents pour célébrer Personne.

Personne était votre ami, votre compagnon, votre frère, votre père, votre mari, votre collègue, et sa disparition n’est autre qu’ une transformation.

Comme dans Goldorak. Ou les Barbapapas.

Personne était quelqu’un, discret, aiguisé comme une lame que le silex aurait fait disparaître, l’ amant parfait,
le père débonnaire que jamais ses enfants n’ auront vu, l’ ami fidèle, toujours au rendez-vous de nulle part.
(suite…)