Essence

Dans le passé douillet d’un silence rapace,
l’amour s’ opiace à griser son devenir espace.
(suite…)

Esclave

Je voulais un esclave à ma botte,
un lacéré de la peau par mon fouet buccal et amoureux.
Comme je t’ai aimé, ficelé comme un chien,
la langue pendante à mes pieds impatients.
(suite…)

Entends-tu

Entends-tu
mon cri rouge en avalanche,
cet orgue à la puissance estivale,
offert en sacrifice au bonheur de nos basses ondulatoires,
jaillir comme un fleuve?
(suite…)

Enfilés

Enfilés dans mon corps sans sonner d ‘abord,
repartis comblés par le minimum,
sûrs d’eux.
(suite…)

Dieu

Dieu est un esclave qui obéit toujours à ceux qui croient en lui.
(suite…)

Déjà

Notre logique,
fleuve aux berges carrées,
aux inutiles remous.
(suite…)

Crime

Plus d’un mètre entre toi et moi:
mon corps en danger,
tes yeux visent femelle et reproduction.
(suite…)

Corrida

Colocataires!

Combien de gouttes de sueur,
versées comme des larmes impuissantes,
dans nos inutiles coïts:

vous avez refusé mes mondes!
(suite…)

Corps

Le corps, l’apesanteur.
L’eau qui disparait.
Et…l’argent…
(suite…)

Constat

Tu pêchais au bord de ma rivière salée.
Mes larmes t’observaient à travers la conscience qui nous séparait.
(suite…)

Ce

Ce n’est pas être possessive mais être possédée.
(suite…)

Avril

Elegant tapis, la rosée.
La lumière sur le temps arrêté caresse tout de sa main dorée.
Les pieds nus se reposent.
(suite…)

22

22 heures.

Le ciel s’est fendu hier,
au dessus du pont suspendu.
(suite…)

Mille & une nuits

Comme des chevaux fougueux, dansent pour Jamila,
les hommes autour du feu.
Les braises sont ardentes,
mais pas une ne brûle comme les mains de son amant.
(suite…)

Collines Roses

(texte créé pour Tristan Décamps)

C’est sans ogm qu’elles aiment les hommes,
les graines d’ éole dans leurs veines.
Elles colorient l’horizon.
Vivent les collines roses.
(suite…)

A Yan

Je suis né veuf d’une femme que j’ai créée.
Noyée dans l’oeuf de mille illusions,
elle servait de poulie à ma motricité.
(suite…)

Le peintre

Il est le ballon d’hélium.
qu’ aucun réel ne tient.
Aspiré par le vide,
il avale du bleu.
(suite…)

Langage

Le vivant ne se langage pas.